Faut-il vraiment laisser pleurer un bébé ?

Laisser pleurer bébé

Après la naissance et pendant plusieurs années, les nourrissons, les bébés et les bambins n’ont pas d’autres méthodes d’expression que les cris et les pleurs. Le sommeil de bébé est alors souvent perturbé par les pleurs de bébé et les jeunes parents ne savent pas comment gérer la situation. La valse des mauvais conseils démarre alors et on entend souvent dire « laisse-le pleurer ». Alors, faut-il vraiment culpabiliser de le laisser pleurer ? Ou bien cela accompagne-t-il vraiment le développement de bébé ?

Un bébé peut-il faire un caprice ?

Quand un bébé ou un nourrisson pleure beaucoup, voire toute la nuit, cela angoisse les parents. À cette angoisse beaucoup de professionnels de santé et beaucoup de parents avec plus d’expérience répondent qu’il s’agit simplement d’un caprice et que cela passera.

C’est une idée reçue, mais totalement fausse. Un bébé n’est pas en mesure d’être capricieux. Il n’a pas conscience que vous cédez en venant le consoler. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il est dans une situation d’inconfort et qu’il n’a pas d’autre solution pour s’en tirer que de hurler.

Alors, il est inutile de vous sentir manipulé par votre nourrisson, parce qu’il n’en est pas capable. Ces hurlements vous appellent et réclament que vous y répondiez. Pour les parents, c’est une situation difficile, mais qu’il faut apprendre à gérer calmement.

Pourquoi mon bébé pleure ?

Les raisons qui poussent un très jeune enfant à pleurer et à pousser des hurlements peuvent être nombreuses. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, c’est rarement parce qu’il n’arrive pas à trouver le sommeil. Si bébé se réveille la nuit, c’est pour d’autres raisons.

Ces raisons peuvent être physiques, comme des poussées dentaires, des coliques du nourrisson, des reflux gastro, la faim, le fait d’avoir trop chaud ou trop froid, mais aussi des douleurs musculaires liées à sa croissance ou son activité physique de la journée.

Il y a également de nombreuses raisons psychologiques, comme la peur du noir, à cause de laquelle il fait des cauchemars parfois. L’angoisse est aussi très présente chez l’enfant qui va sentir comme une déchirure de ne pas être auprès de ses parents.

Comment aider mon enfant à se calmer ?

Apprendre à calmer les pleurs de votre enfant vous permettra de mieux dormir, mais aussi d’assurer un meilleur développement de l’enfant. D’abord, vous pouvez commencer par vous rendre chez un pédopsychiatre et un pédiatre pour vous assurer que votre enfant n’a aucun problème particulier.

Sachez aussi qu’un bébé prématuré sera plus enclin aux terreurs nocturnes et à la peur de la séparation et du noir. Les parents doivent donc le réconforter davantage, même si tous les enfants ont besoin que leurs parents fassent attention à leurs cris et pas seulement avec une tétine.

Si votre enfant souffre physiquement, vous devrez tenter d’y répondre rapidement. Une diversification alimentaire peut s’imposer s’il ne supporte pas le lait de vache. Parfois, il a juste faim et il faudra lui donner le sein. Pour favoriser le sommeil de l’enfant, mettez-lui une musique douce, prenez le temps de le bercer et de lui apporter du réconfort.

Les idées reçues sur les pleurs de l’enfant

Il existe beaucoup d’idées reçues sur les raisons qui poussent certains enfants à pleurer toute la nuit. Aussi strident et désagréable que soit leur hurlement, vous ne devez pas tomber dans les travers de la punition. Cela ne résoudra rien et votre bébé sera encore plus stressé et pleurera.

Alors, pour vous convaincre que l’on a dit beaucoup de bêtises sur les pleurs du bébé, sachez que des spécialistes du siècle dernier assuraient que cela était bon pour eux et participait à développer leurs poumons. C’est évidemment faux et cela n’a aucun sens physiologique.

Enfin, sachez qu’il est totalement faux de croire que laisser votre bébé pleurer participera à forger son caractère et à le rendre indépendant. Un enfant met presque 20 ans à devenir indépendant et ce n’est certainement pas alors qu’il n’est ni capable de marcher ni capable de parler qu’il commence à l’être.

Apprenez à communiquer avec votre bébé

Les jeunes parents sont souvent stressés par les cris ininterrompus de leur bébé et ne savent pas bien comment réagir. Le plus important, c’est alors d’établir une communication avec lui. N’hésitez donc pas à lui parler, à lui expliquer que vous ne comprenez pas ce qu’il veut. Ne cédez pas à l’énervement et privilégiez le contact physique doux pour lui faire comprendre que vous êtes là.

Avec du temps et de la patience, vous finirez naturellement par identifier les différentes sortes de cris et de pleurs de votre enfant. La douleur physique entraîne généralement des réactions très vives chez l’enfant et ces pleurs-là sont souvent les plus faciles à distinguer des autres.

Enfin, prenez également en compte les mimiques de votre bébé. Certes, il crie, il est tout rouge, mais son visage s’exprime aussi, à travers la présence, ou non, de pleurs, le froncement des sourcils. Les difficiles premiers mois après la naissance de bébé peuvent être l’occasion pour vous, au prix d’une certaine fatigue de créer un lien étroit et unique avec votre enfant. Profitez-en !

Laisser un commentaire sur "Faut-il vraiment laisser pleurer un bébé ?"

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


*